Untitled

Mushroom turf war – 1

– You’re a moving tree, ergo this is not your place. So, leave!
– Oh!? and what about you? Yer have a home somewhere, dont’cha?
– Irrelevant, Mushrooms are for everybody. I say, we split.
– In yer dreams! They’re mine and mine alone. Get lost!
– Don’t bark at me, or else…
– Or else what? Yer gonna make some flames?
– I might!

***

– T’es un arbre mobile, par conséquent c’est pas ton coin ici. Alors prends pas racine et dégage !
– Oh? Et toi alors, t’es nomade ? T’as bien une maison ailleurs, non ?
– C’est pas pareil. Les champi c’est pour tout le monde. Partage !
– Dans tes rêves ! Ils son à moi et rien qu’à moi. Barre-toi !
– J’suis pas dur de la feuille, arrête de gueuler sinon…
– Sinon quoi ? T’va foutre le feu ?
– Pt’et ben !

Pencil doodle on A6 sketchbook / Porte-mine sur carnet A6

Untitled

Mushroom picking

In the magic forest, you don’t get to pick mushrooms.
Mushrooms picks you, and yells at you, so beware!
Be wary of what you touch, and watch your fingers

***

Dans la foret magique, vous ne cueillez pas ce que vous voulez.
Ce sont les champignons qui choisissent de l’être
Alors choisissez avec soin, et faites gaffe à vos doigts !

Wacom Intuos + Gimp + Too much time…

Untitled

Shrooms

Magical? Maybe… Mystical ? Certainly
Some grows in the the dark, some prefers the warm sun
Mushrooms are indeed tasty and vety pretty
But pick wisely, not the wrong ones or you’ll be gone

***

Magiques ? Peut-être… Mystiques ? Certainement.
Certains poussent dans l’ombre, d’autres au soleil
Les champignons sont mets de merveilles
Gare à cueillir les bons, sois prudent

Wacom Intuos + Gimp      

Untitled

Forest Gods

The
deeper you go
in
the old forest the stranger encounters
you start
to get.
Eyed rocks, talking
plants.
mushroom
villages… Some
parts of nature awaken to some unknown magic, acquiring human traits
and mind. Intrigued, you go further. wanting to find the source of
this phenomenon.

And
then, in a large
glade
at the mountains feet, you stumble upon them:
the Three
Forest
Gods.

They
look like tall, uprooted
sentient dog roses. The
branches inside seems to form now and then the shape of a human face
that uncannily looks like your own, with flowers for eyes. Bouncing
swiftly
upon an invisible breeze, they’re
dancing around the glade, filling the
air with
shiny golden
particles of pollen that change everything
they touch, making eyes, mouths and ears appear of nowhere. The sight
is breathtaking. Maybe you’ve inhaled some of the pollen, but you
don’t care. They
are
clearly Gods. Majestic and Powerful entities of Divine nature. The
urge to make a reverence is impossible to resist.

The
first one looks
at you and tumble nearer. You hear a giggle as
they boop your nose with one of their root. Or is it a branch? They
seems to confuse the two. You are indeed confused. The face inside
make a surprised face and whistle. What? You’ve forgot what you
were thinking. Oh! There’s a river. You let your shoes go dancing
and dip your soar feet in the fresh water. It feels nice to not have
a care in the world.

The
second one dares
an icy glare at you. You feel threatened. With some swift jerky
moves, they get closer, too close to be comfortable. You’re on your
guard. They asks
about what you desire, only asking in return you tell then what are
your deepest fears. Their numerous thorns moves dangerously closer to
your eyes, but you don’t back off, any sudden move could
be interpreted as a weakness. Your
shirt get tighter, maybe it’s trying to strangle you…

The
third one is massive and easily overshadows you. They’re older,
much older than everything you even see. Myriads of questions comes
to your mouth. Will you ever be able to ask them all? A bearded face
appears up into the branches and with a deep and slow voice they
reassure you, there’s
plenty of time. You feel at ease, reminiscent of the days your
gramp
made you sit
by his side in front of the fireplace and starts telling you stories.
You sit on a rock and listen. The rock listens too.

Commission
for the Ghostwalker, always a pleasure to work with you ^^
Wacom
Intuos + Gimp

***

Au
fur et à mesure que l’on s’enfonce dans la vieille
forêt, les rencontres deviennent de plus en plus étranges. Rochers
pourvus d’yeux, plantes parlantes, villages de champignons… La
nature par endroit semble comme s’éveiller sous l’emprise d’une
mystérieuse magie qui fait don de traits humains et de conscience
aux
plantes et aux animaux.
Intrigué, vous
poursuivez votre chemin en quête de l’origine de ce phénomène.

Enfin,
dans une large clairière au pied des montagnes, vous tombez sur la
source de cette étrangeté. Vous tombez sur Eux :
Les Trois Dieux de la Forêt.

Ils
ressemblent à de larges églantiers déracinés doués de
conscience. Leurs branches semblent par instants se regrouper pour
dessiner un visage humain aux yeux de fleurs qui ressemble
inconfortablement au votre. Voltigeant
au gré d’une invisible brise, ils dansent autour de la clairière,
emplissant l’air de grains de pollen dorés et scintillants qui
changent tout ce qu’ils touchent, faisant apparaître de nulle part
yeux, bouches et oreilles. La scène est sublime. Auriez-vous
inhalé par mégarde de ce pollen ? Peu importe… Ce sont
indubitablement des Dieux. Majestueux, emplis
de grâce,
leur nature divine vous submerge et vous ne pouvez résister à
l’envie de leur offrir une révérence.

Le
premier s’approche de vous en tourbillonnant sur lui-même. Vous
entendez un gloussement alors qu’une de ses
racines
vous tapote
le
nez. A moins que ce soit une branche ?
L’être
semble
confondre les deux. Vous aussi, êtes confus. Le visage vous sourit,
prends une expression surprise et s’en va en sifflotant.
Euh…
Vous
avez oublié ce à quoi vous pensiez. Oh, une
rivière ! Vous laissez
vos bottes
s’en aller danser au loin tandis que vous trempez vos pieds dans
l’eau claire. Qu’il est bon de vivre au
jour le
jour, sans
soucis…

Le
deuxième vous darde un regard glaçant et sévère. Vous vous sentez
menacé. A coup de soubresauts,
l’être
se rapproche, trop
proche. Vous restez sur vos gardes. L’être
vous propose
d’examiner vos vos désirs, et en
retour, de lui confier vos plus grandes peurs. Ses épines sont
maintenant
dangereusement
proches de vos yeux, mais vous n’osez reculer de peur de le
brusquer. Le souffle vous manque, votre chemise vous étrangle. Le
fait-elle exprès ?

Le
troisième est massif, immense et majestueux.
Son ombre vous enveloppe doucement. Vous sentez son age
incommensurable comme une présence, une aura. Des myriades de
questions se pressent
sur vos lèvres, aurez vous le temps de toutes les poser ? Le
visage barbu vous pose un doux regard et l’être vous rassure. Oui,
vous avez le temps. Tout le temps qu’il vous faudra. Vous vous
sentez à l’aise, détendu. Le souvenir des soirées d’autrefois
passées au coin du feu avec votre grand-père vous revient
en mémoire.  Vous vous asseyez sur un rocher et écoutez. Le rocher
écoute avec vous, attentivement.

Commission
pour
le Marcheur Fantôme, Toujours un plaisir de travailler avec toi
^^
Wacom
Intuos + Gimp

Untitled

Dragon on the road

As you stroll through this narrow forest path, you encounter this small reptile.
Standing, wary of you presence, the little creature is gauging you, patiently.
What will you do?

***

Alors que vous vous promeniez dans les bois, le long de ce sentier étroit, vous croisez ce petit reptile.
Dressé, aux aguets, conscient de votre présence, la petite créature vous jauge, patiemment.
Que faites-vous ?

Wacom Intuos + Gimp

Untitled

Tears of sap

– What’s this?
– Looks like sap. Tree’s blood.
– No, I didn’t cut there, I think it’s…
– Its’s what?
– …tears.

***

– C’est quoi ça ?
– On dirait de la sève, le sang des arbres.
– Non, j’ai pas frappé là. Ca ressemble plutôt à…
– A quoi ?
– …à des larmes

Pencil doodle on A6 sketchbook / Porte-mine sur carnet A6

The Holing Tree

The Holing Tree

– Sir! Behold what you’ve tasked us to find: The Holing Tree!
– Sigh… I said: HOLY tree, not HOLING. You morons!
– Oh… Deeply sorry sir. Er… Can’t we use it anyway? We searched long and hard and it looks nice.
– It will have to do.

***

– Chef! Contemplez le fruit de notre quête : L’Arbre Percé !
– Pff… J’ai dit: Trouvez l’arbre SACRÉ ! Pas l’arbre PERCÉ, abrutis !
– Ah… Désolé, chef. Heu… On pourrait pas l’utiliser quand même ? On a cherché sacrément longtemps et il est plutôt joli.
– Faudra bien.

Pencil doodle on A6 sketchbook / Porte-mine sur carnet A6

Untitled

River in the woods

Come here by the river, away from the sun my love
dip your sore feet in the fresh water
hear a gentle wind shake the leaves above
And let us rest here a while together

***

Viens te réfugier à l’ombre des arbres
Trempe tes petits petons dans l’eau fraîche
Écoute le vent chahuter les feuilles et lézarde
Restons ici un instant, le temps que tout sèche

Pencil doodle on A6 sketchbook / Criterium sur carnet A6 

Untitled

Glade

In the forest, there is a glade, soaked in sunlight
A patch of light, jewel embedded in the forest  
In this place grows a tiny tree, ‘tis not a jest
Stay for a while and you’ll see glowing at night !

***

Au plus profond des bois, une clairière
Cachée entre les troncs, ecrin de lumière
En cet endroit pousse un arbre tout petit
Qui, je ne plaisante pas, brille la nuit !

Pencil doodle on A6 sketchbook / Criterium sur carnet A6 

Untitled

Tranquility

The furor of the world in only a whisper there. It is a fine place, where you can relax. A gentle wind is grazing your hair. inside the cool shadow of a venerable tree you rest on soft grass, listening to the sound of the river nearby, the chant of hidden birds and wind calmly rustling through the leaves.

Where is this place, you ask?

Inside yourself. You just have to search for it.

***

La fureur du monde n’est ici qu’un lointain murmure. Ici vous pouvez enfin vous relaxer et regarder le temps passer. Une légère brise vous caresse les cheveux. A l’ombre d’un chêne vénérable, vous écoutez distraitement le son de la rivière, le chant des oiseaux, le bruissement du vent dans les feuilles.

Mais où se trouve cet éden, me demandez-vous ?

En vous-même, voyons, il suffit de le chercher.

Pencil doodle on A6 sketchbook / Criterium sur carnet A6