Untitled

Le garcon qui criait Cthulhu

Gary’s a hardcore fan of Lovecraft’s work. He have it all: books,
pen-works, fanfics, posters, games, paintings, figurines, jewels,
originals issues of weird tales, fac-simile of 1920’s paperwork…
everything. It all started with a Stephen King reference to the Great
Old Ones. Intrigued, he went to dig further and became hooked with the
Cthulhu’s Mythos. Starting with the core books, he then read the
collaborations, the correspondence,
Chambers, Clark Ashton Smith, Howard. He started collecting antique
furniture, playing Chaosium’s Call of Cthulhu RPG in costume, went to
cons… He even went to Providence to pay his respects.So when the
dreams came, he was delighted. With such an obsession he thought, it was
expected.

After one of his article wen
famous, he was interviewed on national TV. Some decried him as an
absolute fanboy and not a researcher, but all agreed his knowledge on
the subject is indisputable. He soon became an expert in the field of
Cthulhu, with his own internet show. As the years passed, the dreams
grew weirder and bizarre. Not anymore the funny kind of strange, but
full of a chilling sens of dread that brought him much discomfort and
distress, leaving him in the middle of the night drenched in cold sweat
and trembling. He started hearing voices when he was alone,
unintelligible yet with clear sinister intent.
This
evening, he sees the face of his mother deforming before his very eyes
into a grotesque tentacled face. Ok, that’s it. He’s going to throw it
away. All of it. Once his mother left, he deletes his accounts, gathers
his notes, and everything tentacle related, dropping everything in the
center of the room. The voices are louder, almost howling. Could all
this be real after all? No way! That’s in my mind, that’s fiction! The
fire spreads quickly, burning his precious memorabilia. He can now hear
words, words familiar to his ears…

Ph’nglui mglw’nafh cthulhu r’lyeh wgah’nagl fhtagn

/* Krita + Yiynova */

Gary est un fan inconditionnel de l’oeuvre de Lovecraft. Il a tout
: livres, correspondance, fanfics, posters, jeux, peintures, figurines,
bijoux, numéros originaux de Weird Tales, fac-similé de journaux des
années 1920… Tout a commencé avec une référence de Stephen King aux
Grand Anciens. Intrigué, il est allé creuser plus loin et est devenu
accro au Mythe de Cthulhu. En commençant par les livres de base, il a
ensuite lu les collaborations, la correspondance du reclus de
Providence, Chambers, Clark Ashton Smith, Howard. Il a commencé à
collectionner des meubles anciens, à jouer au jeu de rôle l’Appel de
Cthulhu de Chaosium en costume, à se rendre à des conventions… Il
s’est même rendu à Providence pour présenter ses respects sur la tombe
du maître. Alors quand les rêves sont venus, il était ravi. Avec une
telle obsession, pensait-il, c’était attendu.

L’un
de ses articles est devenu viral. Suite à ça, il a été interviewé à la
télévision. Certains l’ont décrié comme un fanboy absolu et non un
chercheur, mais tous convenait que ses connaissances sur le sujet
étaient indiscutablement des plus étendues. Il est rapidement devenu un
expert à propos de Cthulhu, avec sa propre émission sur Internet. Au fil
des années, les rêves sont devenus de plus en plus étranges et
bizarres. Fini la délicieuse étrangeté qui piquetait l’imagination,
place aux horribles cauchemars remplis d’un sentiment d’effroi qui lui
nouait les tripes d’une angoisse insupportable, le laissant au milieu de
la nuit tremblant et trempé de sueurs glacée. Il a commencé à entendre
des voix lorsqu’il était seul, des voix inintelligibles mais dont
l’intention ne laissait aucun doute.

Ce soir, le
visage de sa mère se déforme sous ses yeux en un grotesque masse de
tentacules. Ok, ça suffit. On balance tout. Tout. Une fois sa mère
partie, il supprime ses comptes, rassemble ses notes et tout ce qui a
trait aux Mythe, et balance le tout au centre de la pièce. Les voix sont
plus fortes, presque hurlantes. Est-ce que… Est ce que tout ça serait
vrai finalement ? Impossible ! C’est dans la tête, c’est de la fiction !
Le feu se propage rapidement, brûlant ses précieux souvenirs. Il peut
maintenant entendre des mots, des mots familiers à ses oreilles…

Ph’nglui mglw’nafh cthulhu r’lyeh wgah’nagl fhtagn

Untitled

Lightbringer

It is unwise to stroll theses corridors by night. Alone. You could
make some rather… unpleasant encounters in the dark. Allow me to
escort you and bring you some… light.

I insist.

*** Krita on Yiynova ***

Ce
n’est pas très prudent de parcourir ces corridors la nuit. Seul. Vous
pourriez faire des rencontres plutôt… déplaisantes dans le noir.
Permettez que je vous escorte et que je vous apporte un peu de…
lumière.

J’insiste.

Untitled

I made it

I did it. I finally made it!
Through the rites of
Yog-Sothoth I gain powers beyond imagination! It cost me all of my
fortune. It cost me my friends, my wife, my child, my hair, but it was
worth it!
Now I can do whatever I want! I can do anything! I can…
What can I do? What was that that I wanted?
I…I can’t recall.

*** Krita on Yiynova with tentacles ***

J’ai réussi. J’ai enfin réussi !
Grâce
aux rites de Yog-Sothoth j’ai obtenu des pouvoirs défiant toute
imagination ! Cela m’a coûté toute ma fortune. Ça m’a coûté mes amis, ma
femme, mon fils, mes cheveux… mais le jeu en valait la chandelle !
Maintenant je peux enfin faire tout ce que j’ai jamais voulu ! Je peux tout faire, comme… Je peux…
Qu’est-ce que je peux ? Qu’est-ce que je veux ?
Je… Je ne me souviens plus.

Untitled

Josephine’s difficult childhood

Josephine had a very difficult childhood, moving a lot from one school
to another. Unfortunately, everywhere’s the same story: At first she
have the hardest time to integrate among others children. They keep
teasing her until she loose it and “integrate” them, forcing the family
to move rather quickly elsewhere.

***

Joséphine a eu une
enfance plutôt difficile, changeant d’école souvent. Hélas, à chaque
endroit c’est la même histoire : D’abord elle a du mal à s’intégrer, Les
autres enfants se moquant de son apparence. Elle le supporte jusqu’à ce
qu’elle  craque et “intègre” à sa manière ses camarades, forçant sa
famille à filer à l’anglaise de nouveau.

Pencil doodle on A6 sketchbook / Porte-mine sur carnet A6

Untitled

Crashing the yacht party

– Watch out, darling, someone is about to crash the party!
– From where, my dear?
– From under I think.
– underclass?
– underseas.

***

– Ma chère, je crois bien que nous avons un invité surprise.
– Qui donc, mon très cher ?
– Un Ancien.
– Votre grand-père?
– Non, un Grand Ancien.

Watercolor pencil on A5 sketchbook / Crayons aquarelle sur carnet A5      

Untitled

The Horror in Clay

It’s summer, time to relax. It was so long since I touched clay. I
didn’t realized that I missed this peculiar feeling when you pinch and
twist and carve a lump of earth. The shapes are more whispered by the materia to my subconscious than forced by my sheer force of will.

Somehow I couldn’t manage to get the picture right. Something’s… not right.

But here it is: The Horror in Clay.

***

C’est l’été, je prends le temps de me reposer. Ça fait une éternité que je n’avais pas touché l’argile. J’avais oublié cette sensation particulière quand à force de pincer, presser et lisser les formes se modèlent sous nos mains, plus dictées par la terre elle même à notre subconscient qu’imposée à la matière par la force de notre volonté.

Je n’ai pas réussi à prendre une photo correcte du résultat. Quelque chose… cloche.

Mais la voilà : L’Horreur d’Argile.      

Untitled

Go tentacles!

So you got a Lv 300 Alakazam? Cute… Now, GO TENTACLES!
*Unspeakable horror used unspeakable attack*
*It’s super effective!*

*Alakazam is lost in time and space. So are the trainers.*
*The Gym is destroyed.*
*The planet is devoured.*
*Universe is collapsing upon itself.*

*Again*

***

Alors comme ça tu as un Alakazam Lv 300 ? C’est pas mal… Bon, ATTAQUE TENTACULES !
*Horreur innommable utilise attaque innommable*
*C’est super efficace !*
*Alakazam est perdu dans le temps et l’espace. Les entraîneurs aussi.*
*La salle de gym est détruite.*
*La planète est dévorée.*
*L’univers s’effondre sur lui-même.*
*Encore*

Wacom Intuos + Krita

Untitled

Growing city

– Oh dear! this is marvelous !
– Illithianiov is a growing city int he very litteral sense, my dear. I knew you’d like it.
– But… how?
– On this very place, a long time ago. huge visitors came from the stars. We don’t know the details but they fought with each others. They fought until none was left alive.
– Dreadful. And then?
– And then, from their very corpses, buildings started to sprout! At first it was just rustic sheds and barns. But now look at these castles!

***

– Oh mes aïeux ! C’est sublime !
– Illithianiov est une cité en pleine croissance, au sens le plus littéral qu’il puisse exister. Je savais que ça vous plairait.
– Mais… Comment ?
– A cet endroit très précisément, il y a de cela très longtemps, d’immenses visiteurs vinrent des étoiles. Nul n’en connait mais les détails, mais ils s’affrontèrent, encore et encore, jusqu’à ce que tous périssent.
– Terrible histoire. Et après ?
– Et après, depuis les corps éparpillés, des bâtiments ont commencé à croître. Au début ce n’était que granges et abris, mais maintenant, regardez donc ces palaces !

Pencil doodle on A6 sketchbook / Porte-mine sur carnet A6

Untitled

Blup

– Since you’re insisting, Darling, see for yourself with whom I spend my evenings.
– With THAT!?
– …that, Darling, is our child.

***

– Puisque vous insistez, ma chère. Voyez donc par vous-même avec qui je passe mes soirées.
– Avec ça !?
– … ça, ma chère, est notre enfant.

Wacom Intuos + Krita.
Too much brushes, I know… I was testing Krita. Kinda fun but tough to learn